nick hakim what this make me good

L’Américain Nick Hakim revient vendredi 15 mai avec son nouvel album What This Make Me Good. Ça ressemble à un joyeux bordel. Mais l’approche expérimentale poussée à l’extrême s’avère finalement très intuitive.

Né d’un père péruvien et d’une mère chilienne, Nick Hakim grandit à Washington D.C. À l’école, il éprouve toutes les peines du monde et ses parents le place rapidement dans un établissement d’apprentissage spécialisé. Le destin s’en mêle. Il lui fait croiser la route d’une fille qui l’invite à venir chanter avec elle dans sa chorale. De là, tout devient plus limpide, plus évident. Dès lors, Nick Hakim apprend seul à jouer du piano. Puis il est reçu à l’École de musique de Berklee de Boston.

Depuis, Nick Hakim a pris ses quartiers à New York, à Brooklyn. Il s’est surtout fait connaître par ses réalisations musicales très singulières, usant de genres multiples sans en revendiquer un seul. Chacun de ses titres est pour lui l’occasion d’expérimenter tout en racontant sa propre histoire, ainsi que sa vision du monde. Après un premier album paru sous forme de deux EPs successifs entre juillet et septembre 2014, Where Will We Go Part I & II, il s’est distingué avec son second opus Green Twins en 2017, relayé par Pitchfork et The Guardian.

Nick Hakim : Memory Thing

Vendredi 15 mai, Nick Hakim fait son grand retour avec un nouvel album intitulé Will This Make Me Good. À cette occasion, il révèle les péripéties et le drame qu’il vécut avant et pendant sa conception. D’une part, la perte d’un carnet qui contenait plusieurs nouvelles compositions et les textes qui leur étaient associés. D’autre part, le décès de l’un de ses meilleurs amis. Ces événements ont entamé son aptitude à créer durant un temps. Jusqu’au réveil de sa volonté artistique, plus forte que tout.

En parallèle, son appréhension du monde évolue. Sensible à la façon dont les populations vivent sur la planète, dont elles se traitent. Perplexe quant à la dépression, à ce qui peut soigner les gens et à ce qui ne le peut pas, à la surmédication, Nick Hakim se livre en parallèle sur sa personnalité. L’une de celles qui ne peut se cantonner à ne considérer qu’une seule et unique direction artistique inédite pour chaque nouvelle production. Enfin, dans Qadir, son single dévoilé en mars dans la perspective de la sortie de Will This Make Me Good, il rend également hommage à son ami décédé. Ainsi, Nick Hakim révèle une fois de plus, à ceux qui n’avaient pas encore réussi à les percevoir, ces intentions profondes. Si All These Changes bousculent, tous ces autres sont nécessaires pour demain.

 


Nick Hakim : Site officiel