Menu Fermer

Ponta Preta | Pour ces jours qui nous attendent

ponta preta tits up

Cinq gones dans l’air du temps, celui d’hier, celui d’aujourd’hui. Le groupe lyonnais Ponta Preta sort vendredi 16 avril 2021 son premier album Tits Up. Du calme, il y en aura pour tout le monde !

De Lyon, les côtes du Pacifique semblent si loin… S’il est impossible et/ou infernal ces derniers temps de prendre un avion pour l’Ouest américain ou les plages australiennes, autant que les décors viennent à nous. C’est ce que nous propose Ponta Preta, un tout jeune groupe né dans les traboules il y a trois ans. Entre pop californienne, surf rock et sonorités psychédéliques, il nous offre une évasion bienvenue qui ne manque pas de piquer à vif notre intérêt.

Son premier EP éponyme est sorti en 2019. Puis Ponta Preta fut récompensé par le premier prix du jury du Ninkasi Music Lab. De quoi donner des ailes à Valentin, Alexis, Félix, Pierre et Sofiane pour nous en mettre plein les oreilles. C’est chose faite, à nouveau, avec un premier album, Tits Up, à paraître le 16 avril. En première plage, on y retrouve le titre I Wanna Know dévoilé fin janvier. Ça sent bon les vacances, les polaroïds, les shorts vintages et le sable chaud.

Ponta Preta : In The Wind but not only

Très influencé par Tame Impala et Psychedelic Porn Crumpets, Ponta Preta confesse également ses penchants pour La Luz, The Murlocs et Mystic Braves. Ce qui ne l’empêche pas de verser dans le rock garage des sixties. Résultat : une trame qui, dans Tits Up, se distingue dans la connivence que le groupe entretient avec une certaine forme de poésie. Comme c’est le cas dans le morceau Circus Smile.

Aux rythmes endiablés, Lost in The Mountains, répondent ceux plus enveloppants de You & I. C’est planant. Et l’atmosphère ainsi créée permet les plus profondes introspections tout autant que les plus grandes folies, égarés que nous sommes entre songe et réalité. Aussi, on est loin de la seule “bande sonore” dont certains commentateurs usent et abusent pour décrire ce dix titres dépaysant. Car si Sergio Leone est tout près, Someday, c’est un engagement qu’on saluera enfin. Rendez-vous à la Ponta Preta pour s’asseoir au bord d’un vertige qui, on l’espère, ne cessera pas de prendre de l’ampleur.


Ponta Preta : Facebook

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :