thomas kahn slideback

Après la sortie de son second EP Pulse en 2016, Thomas Kahn comptait bien ne pas en rester là. Il revient aujourd’hui avec un premier album intitulé Slideback. À cette occasion, il se produira notamment dans sa patrie clermontoise à La Coopérative de Mai le 8 mars, puis le 21 mars au Hasard Ludique à Paris.

On écoutait un peu de tout dans la famille de Thomas Kahn. Mais son premier souvenir de chanson française, c’était avec Cabrel. Puis vint l’amour de la guitare, qu’il expérimenta quelques temps après son frère. Puis la basse, la batterie, le piano. Et finalement la voix : un truc entre lui et les frères Cohen, juste après avoir visionné leur film O’Brother.

Thomas Kahn poursuit ses répétitions à rallonge avec ses différents groupes qui ne toucheront jamais la scène. En parallèle, il participe à The Voice en 2015 sans trop y croire. Viendra ensuite l’expression directe, en solo, aux côtés notamment de Cali, Patrice, Saint Paul & the Broken Bones. La machine est lancée, et seul avec sa guitare et sa voix, il dompte plus de 18 000 personnes en 200 concerts. De quoi choper le tournis.

Après les comptes

Thomas Kahn sort aujourd’hui Slideback, un premier album soul avec cette touche électro-pop qui peut effectivement faire penser à du Gorillaz. On y distingue aussi ses autres grandes influences à l’instar d’Otis Redding et Nina Simone. Un brin de Rage Against the Machine dans The Ice of Silence : le boy fait dans l’éclectisme.

Le message caché ? L’envie d’humaniser à nouveau le quotidien, d’aller de l’avant. Le partage, aussi, d’un instant singulier : celui durant lequel Thomas Kahn devint père, à travers la chanson Lil’Boy. Le désir finalement de se souvenir. S’il confesse n’avoir pas eu de chez-lui par le passé, nul doute que sa jolie famille d’aujourd’hui a déjà su lui faire omettre cette ancienne réalité, traduite dans Go Back Home.

 


Thomas Kahn : Site officiel | Facebook