Menu Fermer

Baba Ali | Got a great idea

baba ali memory device premier album

Babatunde Teemituoyo Doherty est Baba Ali pour les intimes. Un peu plus d’un an et demi après la sortie de son second EP This House, il revient vendredi 27 août 2021 avec son tout premier album intitulé Memory Device. Résultat : saisissant.

Convecteur temporel : ok. Date de destination : ok. Ceintures de sécurité : ok. Parés pour une petite évasion spatio-temporelle : oh que oui, nous le sommes. Au volant, Baba Ali et son incroyable sagacité musicale. Des mariages osés mais que tout le monde espère jusqu’à ce qu’ils parviennent enfin à nos oreilles. Voilà en quelques mots les pensées qui nous traversent lorsque l’on découvre pour le première fois l’univers de Baba Ali.

Il faut dire que son parcours personnel et artistique parle – déjà – pour lui. Tout gosse, il se rendait avec son père aux concerts de Femi Kuti.  Ce dernier est le fils de l’illustre Fela Kuti, le créateur de l’afrobeat, saxophoniste virtuose, chef d’orchestre. Et accessoirement, un ami de la famille. De retour à la maison, Maman faisait tourner du Sade, du Prince et du Michael Jackson sur les platines. De quoi poser les fondations d’une perspective créative vraiment singulière.

Baba Ali : Nature’s Curse

Baba Ali est né et a grandi à Fort Lee, un quartier du New Jersey relié à Manhattan. Il a également des origines nigérianes : il les a incorporées dans son tout premier album, Memory Device, à paraître le 27 août. Et ce, pour retracer son héritage et le combiner à ses nombreuses autres références musicales, de la No Wave au hip-hop dont il se nourrit avec délectation durant l’adolescence. En passant par la techno à laquelle il s’initia à Berlin et par le punk expérimental qu’il a l’occasion d’explorer à l’envi depuis son installation à Londres en 2017.

Baba Ali est le gars qui, pour reprendre ses propres termes, “résiste à tout type d’attente de ce que je suis censé être.” Au diable, donc, les jeux de rôles. Dans cette optique, le songwriter n’hésite pas à déstructurer les sons. Objectif : en faire des rythmes puissants éteignant toute velléité de leur résister. Pour des créations qui renvoient avec brio aux 1980s, mais aussi à des engagements très actuels voire novateurs, tant dans les notes que dans les mots d’ailleurs. Conçu et enregistré avec le guitariste britannique Nik Balchin (qui avait déjà collaboré avec Baba Ali pour la réalisation de son EP This House, ndlr), Memory Device forme une libération malgré le fait qu’il fut composé en confinement contraint chez les parents de Baba Ali. On vous laisse apprécier son amplitude tant elle est inspirante dans le contexte actuel…


Baba Ali : Site officiel

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :