colorado

Des Briochins sur la scène électro française ?! Oui, absolument. Après un premier EP auto-produit paru au début de l’année, Wind and Movement, le duo Colorado formé par Charles et Martin remet le couvert avec un second sortant aujourd’hui et sobrement nommé Mindset. Les deux ados d’hier sont sur le point de devenir des hommes. Ils le prouvent avec des sonorités synthétiques traduisant une synthèse vocale et de composition se voulant plus proche que jamais de leurs projections.

Ils sont déjà loin les bancs du lycée Renan à Saint-Brieuc. Elles sont déjà derrière eux, ces répétitions dans leur studio improvisé et ces premières scènes sous l’étendard de The Claspers. Voilà que débarque Colorado dans les petites oreilles des nightclubbers, avec tout ce que le jeune groupe suppose dans ces vibrations made in France.

Mine de rien, il est aujourd’hui très compliqué pour l’artiste électro de se faire une place. La principale difficulté est de concevoir ce flow issu de la machine capable non seulement de se distinguer de la masse déjà existante, mais aussi de porter une innovation dans l’univers que l’artiste a pu imaginer au préalable.

La musique électro qui fonctionne est donc une proposition artistique pertinente à l’instar des mélodies plus classiques. Elle est un alliage délicat entre l’instrumentation informatique, l’instrumentalisation vocale et l’intrusion sensorielle. L’artiste électro capable d’atteindre ce seuil a déjà fait plus de la moitié du chemin.

Il se trouve que Colorado est en bonne voie pour que cela soit également son cas.

Grands espaces… dans un mouchoir de poche

Rien que dans le choix de son – nouveau – nom, Colorado tend à suggérer l’évasion, le voyage, la nature maîtresse du temps et des espaces naturels. Une imagerie qui tranche avec l’inspiration très urbaine des compositions du groupe, comme c’est le cas à nouveau dans Mindset.

Le single Cellphone, déjà paru fin novembre, est en tête de liste dans cette configuration dans laquelle il figure un dépouillement poussé à l’extrême, pour un rendu minimaliste tant dans les mots que dans l’ambiance générale du titre. Ça passe ou ça casse, mais ça cause quoique l’on peut en dire. Il y a une volonté d’envelopper, de guider et d’assumer chez Colorado. Il y a ces désirs de projections dépassant le cadre de la chambre et des sessions « garage » entre potes.

Et le ciel dans tout ça ?

C’est bien là tout ce qu’on souhaite à Colorado. Rappelez-vous le premier tube d’Air, Sexy Boy. Certes, ses expirations et sa trame psychédélique ont eu du mal à se trouver de dignes successeurs depuis (d’ailleurs, y sont-elles parvenues ?), mais la pointe de mélancolie fit toute la différence ainsi que la signature d’Air.

Won’t you change s’inscrit à sa manière dans cette perspective en quatrième plage de Mindset. On y retrouve au chant le producteur du nouvel EP de Colorado, Timsters, qu’on avait déjà pu entendre sur le single Lies paru début novembre.

On y retrouve surtout une promesse apte à mener Colorado au-delà même du grand canyon, du fleuve et du plateau si elle est finalement tenue. Réponse dans quelques temps avec, qui sait, la sortie d’un premier album aux allures de grand air.

 



Retrouvez l’actu de Colorado et ses prochains concerts sur sa page Facebook©.

Crédits photos : Julien Vignon (header)