fat white family serfs up

Fat White Family revient vendredi 19 avril avec son troisième album Serfs Up ! Le groupe de rock expérimental sulfureux londonien amorce une transition passionnée, fidèle à l’esprit ravageur de son lead Lias Saoudi. Plusieurs dates sont déjà positionnées en France, notamment le 13 juin à l’Élysée Montmartre.

Deux ans après Songs For Our Mothers paru en janvier 2016, Fat White Family s’échappe à nouveau et promet dans Serfs Up ! d’atteindre la quintessence de l’étonnement. Des chants grégoriens introduisant Tastes Good With Money aux relents eighties habillant le mythe du Vagina Dentata, Fat White Family distille, invoque, étreint et contraint, toujours en finesse et dans cette approche so glam dont on ne peut que s’éprendre.

Que celles et ceux qui voudraient voir dans Lias Saoudi la réincarnation d’Iggy Pop version 3.0 retournent vaquer à leurs occupations : sans se limiter à cette figure de “cornichon sur une tartine” qu’il employa tantôt pour définir sa propre vision de sa condition de rock star, le lead vocal de Fat White Family, loin de s’assagir, n’en demeure pas moins éveillé.

Provoc au charme fou

En première plage de Serfs Up !, le détonnant Feet explose en bouche. Son obscurité rock décèle à elle seule les quelques parcelles restantes de notre envie de lutter contre les derniers ressentiments d’hier. Qu’ils s’expriment, après tout, qu’importe ? L’absolution viendra sans doute une fois expectorés.

Place aux violons dans Rock Fishes, pour adoucir les mœurs. En donner l’illusion en tous les cas. Bobby’s Boyfriend fait déjà son entrée dans le saloon. La sueur perle sur son front. Dans la rue, la fanfare débarque timidement et annonce le duel à venir. Qui en ressortira vivant ? Réponse en live dans les prochaines semaines, avec pas moins de cinq concerts français programmés pour la Fat White Family, entre autres, à Nîmes le 30 mai au This is not a Love Song Festival, à Paris le 13 juin à l’Élysée Montmartre et le 28 juillet aux Nuits Secrètes à Aulnoye-Aymeries.

 


Crédits photos : Sarah Piantadosi