Nabihah Iqbal Weighing of the Heart

Elle assume aujourd’hui tout ce qui la compose : Nabihah Iqbal débarque vendredi avec son premier album Weighing of the Heart. Une pesée du cœur qui fait référence à des croyances égyptiennes millénaires, et qui ne manquera pas d’alléger son propre fardeau.

La DJ londonienne Throwing Shade fait peau neuve… À moins qu’elle ne retrouve tout simplement sa véritable identité. En effet, Nabihah Iqbal fait le choix de s’exposer sous son nom de toujours à l’occasion de la sortie vendredi de Weighing of the Heart, un opus brillant alliant trip-hop, électro et guitare acoustique.

Diplômée en philosophie à Cambridge mention Histoire africaine, Nabihah Iqbal joue des coudes tant sur les tatamis que dans la vie. Sur ses hanches, une ceinture noire de karaté. Dans sa tête, une certaine idée de la musique, une intelligence de l’évasion et de l’évocation.

Les sonorités ne se cantonnent pas à celles des boîtes à rythmes. Il y a dans la démarche de Nabihah Iqbal une quête incrustée. Une volonté de retourner à ses origines asiatiques, clairement perceptibles dans l’univers de Weighing of the Heart. Une analyse globale enfin, tirée de celle qu’elle fit sans aucun doute d’elle-même.

Frustrations antiques de l’homme

Dans les traces laissées dans les ères par les dieux de l’Égypte Ancienne, Nabihah Iqbal s’imprègne et s’évapore. Weighing of the Heart fait ainsi écho au procès auquel chaque défunt devait comparaître pour faire reconnaître ses droits à la vie éternelle. La pesée de son cœur par Maât, la déesse de la vérité et de la justice, permettant la détermination de son sort.

Une perspective tout aussi funeste qu’existentielle qui imbibe le nouvel album de Nabihah Iqbal. Dans les vapeurs de sa voix, la mise en lumière d’une réalité qui, si elle peut paraître « so sad », n’en reste pas moins une.

« Même si chacun tente de le cacher ou de l’ignorer, le véritable bonheur et la vraie liberté n’existent que dans la dimension de nos fantaisies, de nos rêves et de nos pensées intimes. La réalité de notre vie physique nous laisse constamment insatisfaits, frustrés. En recherche permanente de ce « toujours plus », et ce, même si nous demeurons incapables de trouver le moyen pour remédier à ces sentiments ».

Faire rebattre les cœurs

N’est-ce-pas là finalement le véritable objectif de Nabihah Iqbal dans Weighing of the Heart ? Une chose est sûre : derrière l’Histoire se dissimule une autre story, plus petite, plus fragile.  Mais d’une intensité rare qui ne s’offre pas au premier venu.

Si l’Eden Piece façon Nabihah Iqbal en première plage est son « il était une fois », il l’est aussi pour celui ou celle apte à dépasser les premiers degrés. Pour se laisser réchauffer, Slowly, par une Eternal Passion. Jusqu’à cette contradiction qui n’en sera jamais une, Alone Together. Jusqu’à cet Untitled Friday au goût de « reviens-y ».

Jusqu’à cet illustre Something more, ce « toujours plus » semblant inévitable pour tout le monde. Mais qui pourrait être tellement plus s’il ne passait son temps à invoquer le moins.

Nabihah Iqbal sera en concert à Liverpool au Buyers Club en janvier prochain. Son dernier et unique concert français en 2017 eut lieu à Lyon aux Nuits Sonores. Gageons que cette adoratrice d’Osiris reviendra tantôt dans l’hexagone pour partager à nouveau sa folle humilité.