Menu Fermer

Old Mountain Station | Un train qui en cache un autre

old mountain nation the summer ends album skriber

Cinq ans après la sortie de Shapes, Old Mountain Station nous revient vendredi 5 mars 2021 avec son troisième album The Summer Ends. Le groupe le présente comme sa production la plus aboutie.

Tout a une fin, bien qu’il puisse s’agir d’autre chose. Dans cet état d’esprit, le groupe pop-rock hexagonal Old Mountain Station dévoilera le 5 mars un troisième album, The Summer Ends, composé à la façon d’orfèvres. Pour l’occasion, il s’est adjoint les services de Nicolas Recazin, chanteur le jour au sein du groupe My Thinking Face. Devenu claviériste dans le crépuscule d’Old Mountain Station, concrétisant par la même occasion un profond désir du band.

Depuis sa création, les Nantais Alexandre Cassigneul (guitares) et Thomas Richet (chant et guitare) ont toujours tenu la barre contre vents et marées. Et c’est dire si ces derniers mois furent chaotiques. Avec des concerts annulés, des salles fermées et la désaffection d’une partie du public pour les lives on web, Old Mountain Station n’a pas vraiment eu l’occasion de défendre son nouveau bébé. Un album qui, pourtant, mérite une attention particulière. Notamment par les réalités qu’il recouvre pour le groupe et musicalement.

Dans les traces de ce qu’ils ont toujours été

Pour Thomas, The Summer Ends forme “une sorte de synthèse. L’aspect ciselé du premier album qu’avait apportée la production de Kid Loco, mélangé au côté plus brut, plus rock, du second (ndlr : Shapes, paru en juin 2016). C’est un peu la collection de chansons qu’on rêvait d’enregistrer sans trop savoir comment s’y prendre, jusqu’à maintenant.” Résultat : avec un Damien Chicaud (basse) et un Gabriel Vigne (batterie) au top de leur forme, The Summer Ends détonne tout autant qu’il résonne.

D’une part, avec un parcours. Celui des membres d’Old Mountain Station qui, alors qu’ils avaient rallier la capitale pour mieux s’élancer il y a quelques années, sont à nouveau éparpillés pour être plus que jamais reliés. D’autre part, avec une vie de famille inédite, des enfants, d’autres opportunités professionnelles extra-musicales aussi. Malgré tout, le groupe a su transformer ces bouleversements pour faire de cet album une pièce émouvante. Où, derrière les Adios, demeure cet éternel Sunshine gravitant à son propre tempo. Don’t You Know que les vrais aurevoirs n’en sont jamais en réalité ?


Old Mountain Station : Site officiel | Crédits photos : Christian Debbane

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :