san carol maxime dobosz houdini

Humain, peut-être trop, ou jamais assez. Trois ans après la sortie de son second opus, Maxime Dobosz revient ce vendredi à dos de foudre avec Houdini, la nouvelle dimension musicale portée par son projet artistique phare : San Carol.

Il paraît qu’il hantait les couloirs et les bureaux de l’administration avant de se faire appeler San Carol. Il paraît même que filer sa dém’ fut l’un des moments les plus jouissifs de sa vie. Faisons comme si cela fut le cas, tant on a peine à imaginer sa vie enfermée dans les cadres étriqués de son monde d’autrefois.

Maxime Dobosz ne crache pas dans la soupe : disons que ses expériences passées étaient nécessaires pour que la trame de son histoire trouve toute sa cohérence, tout son cachet, toute sa continuité. Disons aussi que chaque centimètre de chemin compte, pour apprécier à sa juste valeur l’originalité de sa proposition, ainsi que ses évocations.

De la paréidolie à une réalité embellie

Dans Houdini, San Carol s’inspire de ses premières manipulations expérimentales procrastinées dans La Main Invisible en 2013. Il s’extrait du rock électro désabusé mis en lumière en 2015 dans Humain Trop Humain. Il invoque LA figure intemporelle de l’illusionnisme, qui le pratiquait tout autant qu’elle en dénonçait les abus en son temps. Et c’est là que se joue toute la singularité de San Carol.

Alors, si le sens de la vie façon San Carol préfère abattre la carte de l’apocalypse, elle n’est qu’une fiction parmi toutes ces autres, pour atteindre à nouveau l’essentiel. Quant à ce Marvelous Engine en plage trois, tendez l’oreille : le titre pourrait peut-être vous faire économiser des années de psychothérapie.

Mention spéciale pour Cancer, déjà paru en juin dernier. Il révèle la nouvelle et fructueuse collaboration de Maxime Dobosz avec le compositeur et réalisateur multi instrumentiste Raphaël D’Hervez (Minitel Rose, Pégase, FVTVR Records). Il offre également à San Carol un titre “signature” à l’émotion captivante. Houdini sera disponible dès le 19 octobre. À vivre en live le même jour lors d’un premier concert à Nantes, point de départ d’une tournée française qui durera jusqu’en décembre.