sharon den adel my indigo

La chanteuse emblématique de Within Temptation, Sharon den Adel, revient vendredi 20 avril avec un premier album solo intitulé My Indigo. Du métal symphonique à la pop électro, il n’y a qu’un pas. En route pour explorer les méandres de l’âme torturée d’une auteure et interprète cherchant à se reconcilier avec elle-même.

À bientôt 44 ans, Sharon den Adel se confronte à tout ce qu’elle n’a jamais été dans My Indigo, un premier opus alone à paraître vendredi prochain. Mère de trois enfants (Eva Luna, Robin Aiden et Logan), elle est aussi celle du groupe néerlandais Within Temptation, fondé en 1996 avec celui qui devint son époux, le guitariste Robert Westerholt.

My Indigo, ou le topo de ces 22 dernières années passées au sein d’une formation qui avait fini par l’éloigner de celle qu’elle était, de ce qu’elle éprouvait. Passées à se retrouver, après la dernière tournée internationale de Within Temptation, l’Hydra World Tour.

« Fatiguée et vide », Sharon den Adel perd la tête et le chemin de son inspiration. « Je suis partie en vrille. J’avais tellement peur de ne plus jamais retrouver cette magie ». Une magie ressuscitée grâce au réconfort procuré par sa famille, ses amis et le sport. Un enchantement qui épouse les contours d’un amour inconditionnel et d’émotions singulières sous les mots de My Indigo.

My ego dans les vapeurs de souvenirs

My Indigo devient l’épicentre d’un séisme artistique inédit pour Sharon den Adel : « C’était l’essence, l’histoire que je voulais raconter, mais ça n’avait rien à voir avec Within Temptation ». Le titre, rappelant les envolées instrumentales du premier album d’Aurora, All My Demons Greeting Me as a Friend, percute et rebondit.

Pour se déployer, Out of the Darkness, car si les émotions négatives sont celles « qui fournissent le plus d’inspiration la plupart du temps », elles initient aussi cette repentance salutaire jusqu’à sortir finalement la tête de l’eau.

Safe and Sound, les particules de Sharon den Adel se reconstituent pour une succession de nouvelles implosions plus alternatives que celles offertes via Within Temptation. « Un peu comme de la pop indé », à apprécier « sur votre canapé avec un bon verre de vin ». Et sans modération.