hugo jardin nuit vacillante

Hugo Jardin est le funambule de la nouvelle scène française. Après la révélation de son dernier single Nuit Vacillante le 9 septembre dernier, il se produira en concert lors d’un showcase sur Facebook LIVE diffusé le jeudi 10 octobre à 20h. Puis au Pop up du Label le jeudi 28 novembre.

Issu du mime et de la danse, Hugo Jardin est le digne héritier de Brel et de Barbara. Sur scène, son approche est incarnée. Quant à sa musique, elle emprunte tout autant à la pop, à l’électro, à la no wave, à l’urbain qu’au traditionnel piano-voix. Ses textes sont nus et poétiques. À sa manière, Hugo Jardin réinvente la chanson intemporelle.

En 2016, il remporte le prix Brel. Puis le premier prix d’auteur, compositeur, interprète Génération Réservoir 2017. En parallèle, il se produit sur scène à travers une quarantaine de dates. On citera notamment Les Trois Baudets, Le Réservoir, Le Palace (en 1ère partie), le Centre Georges Pompidou, le Théâtre Montmartre-Galabru, le 114, le Bateau El Alamein, l’Orphée Privé, l’Étage, le Grand Rivage et le Festival de la Fête de l’Espoir à Genève. D’abord en formation piano-voix puis en trio piano/machines/voix.

Hugo Jardin : Nuit vacillante à trois

Le dernier titre d’Hugo Jardin, Nuit Vacillante, révèle trois de ses plus intimes références musicales : Brel, Suicide et Lou Reed. Dans un club, au point du jour, un homme se fantasme pour échapper au vide. Il se dit fragile, héroïque, prince, irréel, ange déchu, figure tragique. Dans ses errances, il s’adresse à la femme absente. Il voudrait la revoir et qu’elle le sauve. Il aimerait se sentir apaisé, enfin, dans cette réalité qu’il fuit.

Les deux prochaines dates d’Hugo Jardin se tiendront sur le web et en réel. La première consistera en un showcase en Facebook LIVE en direct d’un studio le 10 octobre dès 20h. La seconde en un concert au Pop-Up du Label à Paris le 28 novembre. L’occasion de découvrir la formation scénique de trois musiciens. Un pianiste, Alexandre de Closel, qui joue autant de façon classique qu’il pratique le “piano préparé”. Autrement dit, en utilisant divers objets – gommes, disques, scotch, crin d’archet – directement au contact des cordes. Un homme aux machines, Emmanuel Delpech, avec sampler, boîtes à rythme (TR 808), synthés (Prophet, Mélotron, Farfisa), synthé basse (Moog). Et un interprète plus qu’un chanteur, Hugo Jardin, guitariste aussi à ses heures perdues.

 


Hugo Jardin : Facebook | Instagram | Twitter | Sources : Cécile Callens