Voir la route et les points de chute. Concevoir une autre forme pour un quotidien devenu routine. Prendre les devants puis dépasser les certitudes systémiques. Celles des autres aussi. Partir en balade et tromper le hasard qui n’est déjà plus. Et finalement, bâtir une mémoire à cheval entre ce que le paraître aurait pu être et ce que l’être aurait pu avoir. Un Chasseur sachant chasser sans son chien peut en cacher un autre. Il se souvient de tout et se souviendra de vous.

Départs et souvenirs se confondent lorsque les retours cadencent une journée. Les incantations de Nour guident chacun de vos pas. Il est temps en effet de se mettre en chemin. De partir, à la rencontre de ces petites amours d’Apache Rose qui révèleront le grand. D’embrasser une quête avant même de se retourner pour contempler, déjà avec regret, des moments qu’on aurait souhaités sans fin. À l’instar de ceux chantés par Ben Ales.

Par tous les moyens, laisser Harry R. Brown tout comme l’Animal de Melatonin surgir, rugir. Laisser s’imposer la rage de découvrir et d’élargir les horizons de votre bête intérieure. Changez d’humeur comme de registre au fil des kilomètres. Voyez Jack McKeever vous dicter le sien jusqu’à observer la transformation du vôtre. De Transit Club en escale, ​une nouvelle dimension se fait jour. Départs et souvenirs continueront à la rythmer, indéfiniment. Et quand la voix des Morning Robots l’éveillera chaque matin, le jeu de piste reprendra de plus belle. Entre courte vie et longues routes, loin du propos DEMAGO qui vous enfermait jadis.