half waif the caretaker

Half Waif a révélé son nouvel album The Caretaker le 27 mars dernier. En réalité, il s’agit du premier paru chez Anti-Records. Si cet opus s’inscrit dans la continuité des précédents, il souligne également une trajectoire intérieure nouvelle très inspirante.

Amanda Rose Plunkett aka Half Waif dédie son émotivité à une musique aérienne égarée entre pop et électro. Elle l’officialise en juillet 2014 avec un premier album autoproduit qu’elle nomme Kotekan. On trouve dans ce premier essai toutes les bases qui forment aujourd’hui sa singularité artistique. Autrement dit, une approche qui consiste à décortiquer certains pans de sa vie et de son environnement pour les transfigurer.

Amanda, Nandi pour les intimes, a grandi dans une petite bourgade située dans l’ouest du Massachusetts aux États-Unis. Puis elle suit sa famille à New-York. Elle est constamment partagée entre ses origines indiennes et américaines. C’est pourquoi elle ressent très tôt cette appartenance au monde entier. Celle-ci lui permet d’exprimer son identité à travers des perspectives qui s’attachent à explorer, quitte à se perdre. Plutôt que de rester en repli dans une angoisse vaine.

Half Waif : la chasse est ouverte

Récemment, Half Waif confiait une partie de ses rêves en interview. Des songes dans lesquels des animaux sauvages sont à sa poursuite. Les serpents ont des bijoux à la place des yeux et les requins la surprennent alors qu’elle se promène au bord de l’eau. Et ce, avant de se voir pousser des pattes pour la prendre un filature sur terre. Quel plus fidèle témoignage de l’imaginaire infini de l’auteure, compositrice et interprète américaine ?

Deux ans après Lavender sorti chez Cascine, Half Waif passe chez le label Anti-Records pour dévoiler The Caretaker, un album que l’artiste ne pensait pas officialiser dans un tel contexte international de crise. Néanmoins, elle voit dans ce concours de circonstances un écho à la façon dont elle conçut The Caretaker. En d’autres termes, avec ce profond sentiment d’éloignement des gens et du quotidien. Un isolement volontaire qui confère aux onze plages de l’album une dimension inédite. Les étreintes y sont douces et les ressentis pesés.

 


Half Waif : Site officiel | Crédits photos : Tonje Thilesen