molly nilsson 2020

Dans la continuité des premiers sons de MGMT et de MSMR, le huitième opus de Molly Nilsson à paraître vendredi 2 novembre impose le propre tempo de la Suédoise. 2020 pointe l’avenir du doigt : à votre tour, regardez droit devant.

Déjà dix ans de carrière pour Molly Nilsson. Dans 2020, la géante des mers électro mêle les teintes d’une pop nostalgique à la cold wave des eighties. 2020, ou comment suggérer à son public, et à elle-même, la prochaine étape de son parcours d’artiste aux multiples dimensions ?

Installée à Berlin depuis 2012, Molly Nilsson semble toujours avoir une longueur d’avance sur son destin. Un an après la sortie de son tout premier album These Things Take Time en 2008, elle fonde son propre label, Dark Sides Association. L’auteure, compositrice et interprète a de la suite dans les idées. Et les astres ne feront que la conforter…

Alignements interstellaires

Si elle confiait sans détour en 2017 sa passion pour l’astrologie et le mysticisme, Molly Nilsson avait surtout pour objectif de dépasser l’impalpable pour révéler la magie tout autour. Dans 2020, ces moments magiques sont au rendez-vous. Ils procurent un plaisir aux nuances insoupçonnées, dans cet élan revival qui sait littéralement embarquer l’auditeur.

Balade au creux des vagues dans Gun Control. Lévitation et onirisme dans Every Night is New. Pulsations extatiques au pouvoir illimité dans Days of Dust : Molly Nilsson emprunte les codes d’hier et d’aujourd’hui pour concevoir sa propre synthèse du bien-écouter. Une réinterprétation qui se mêle à son exigence constante, la seule par laquelle elle puisse exprimer toute son altérité.