Menu Fermer

Naked Giants | L’ombre de leur ombre

naked giants the shadow

Naked Giants revient vendredi 21 août avec son second album The Shadow. Un peu plus d’un an après son EP Green Fuzz, le jeune trio américain poursuit son exploration du rock sous toutes les coutures.

Grant Mullen et Henry LaVallee se connaissent depuis de nombreuses années. On pourrait même dire depuis le berceau, ou presque. Après avoir partagé leurs premières ambitions musicales en duo, ils décident de lancer leur propre groupe. Un autre rock band dans un paysage musical qui semble en être déjà saturé. Pourtant, ils persistent et signent en rencontrant Gianni Aiello au lycée. Nous sommes en juin 2014. Deux mois plus tard, les répétitions s’enchaînent. Naked Giants est dans les starting-blocks pour conquérir ses premières scènes.

Stereolab, Neil Young, Travis Barker. Mais aussi Air, Cigarettes After Sex et John Lennon : toutes ces influences imprègnent l’univers musical de Naked Giants. Ainsi que son approche du rock. Un rock qui ne se fait pas passer pour ce qu’il n’est pas. D’où la très large palette de couleurs que le trio dévoile dans ses différentes productions depuis la sortie de son premier EP R.I.P. en octobre 2016. Et comme c’est à nouveau le cas dans The Shadow, à paraître ce vendredi.

Naked Giants : Songs for when you’re asleep

Brit rock, post-punk, folk rock : les directions créatives pour lesquelles Naked Giants opte s’inspirent de vécus entremêlés. En parallèle, elles témoignent de la vaste diversité de sonorités qui animent la ville de Seattle, dans laquelle le trio a installé ses propres espaces imaginaires et de production. Dans The Shadow, les mondes se croisent. Ils portent tour à tour l’iconique Turns Blue et le déjanté High School (Don’t Like Them). Deux titres qui pourraient se résumer à des antipodes et qui décrivent malgré tout la vivacité artistique continue de Naked Giants.

Entre souvenirs juvéniles et désirs d’un avenir meilleur, The Shadow dépeint les aspirations d’une génération qui se cherche tout autant qu’elle part en quête de l’autre. Qui se confronte à une partie de soi, “difficile à affronter et à comprendre” selon les propres termes du trio. Dès lors, il s’agit d’invoquer The Shadow pour lutter contre les tentations du néant. Puis pour “avoir la force d’amener l’ombre à la lumière.” Take a Chance, take yours : dans la ronde de The Ripper, partez à la rencontre de votre moi profond sans fuir pour autant. Better Not Waste My Time and yours too : il est toujours temps de faire de votre identité profonde la figure de proue de votre existence.

 


Naked Giants : Site officiel | Crédit photos : Rachel Bennett Photography

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :