parade premier ep jules henriel nicolas fossoy

Parade est un tout jeune groupe underground de rock marseillais. Il dévoile aujourd’hui un premier EP prometteur. Entre new wave et punk, le groupe y extrapole ses influences pour en faire de nouveaux territoires à conquérir.

Ils étaient hier sur la scène des Inouïs du Printemps de Bourges. Du fait des événements récents, le rendez-vous avait été reporté. Mais les membres du groupe marseillais Parade étaient bien là. De quoi se remettre en selle de la plus intense façon qui soit après l’interruption de leurs concerts le 17 mars dernier. D’ailleurs, d’autres lives les attendent durant les prochaines semaines, notamment à Toulon le 9 octobre et au Mama Festival à Paris le 15 octobre.

Parade, c’est d’abord une rencontre ressentie comme une évidence. C’est en tous les cas de cette manière que Jules Henriel et Nicolas Fossoy aiment à la décrire. Le premier est montpelliérain et s’amourache d’une guitare classique dès l’âge de huit ans, biberonné aux titres ravageurs de The Libertines, The Strokes et de White Stripes. Le second est marseillais et baigne dans la musique également très tôt grâce à papa. Il s’éprend de la guitare électrique à l’adolescence. Les deux compères ont chacun participé et/ou initié d’autres projets avant de fonder Parade. Un nom de scène tout trouvé pour un projet dark qui se révèle en plein jour en ce vendredi 18 septembre.

Parade : juste avant l’estocade

Parade est rejoint en 2018 par le batteur Mathieu Aimon, reconnu notamment à travers sa participation active au groupe Qúetzal Snåkes formé en 2013. Puis l’année suivante par la punkette Marine Sahakian, une guitariste et bassiste adulant Patti Smith et Kim Gordon durant ses heures perdues. Ces deux-là ont de la créativité à revendre et ont également fait leurs preuves. Dès lors, la petite famille est au complet et peaufine ses premières compos. Elles sont à découvrir dès aujourd’hui dans un premier EP faisant la part belle au rock. Mais aussi au punk et à la new wave.

C’est le cas notamment dans le nouveau clip réalisé pour le single Hope. Au-delà de marquer la sortie officielle de l’EP, il est une juste synthèse de ce que le groupe a dans les tripes. Entre rage, perdition de l’être et tentatives de refuge, le morceau s’accapare l’esprit de l’auditeur. À défaut pour Jules de retrouver le chemin du sien. Slalomant entre fièvres et fantômes dans Mountains, la neige s’entasse. Elle est partout sans pour autant refroidir les ardeurs du Love-r. Et sur l’autoroute de toutes les peurs, jonchée des premières feuilles d’automne, c’est l’unité de Parade qui les crame.

 


Parade : Facebook | Crédits photos : François Guery