Menu Fermer

Someone | Une lumière qui persiste

someone shapeshifter album

Tessa Rose Jackson aka Someone est une songwriter néerlandaise aux instincts délicats. Elle sortira le 10 septembre 2021 son second album Shapeshifter. Histoire, comme elle le dit elle-même, de partager une partie de ce qu’elle est, plus que de verser dans l’abstrait comme elle eut coutume de le faire…

Lancé en 2017, le projet musical Someone est celui de Tessa Rose Jackson, une jeune artiste originaire d’Amsterdam portée par ses deux mères et son père dans l’exécution de son destin. Celui-ci fut très tôt connecté à la musique, ce qui l’amena à fréquenter le Conservatoire de sa ville de naissance puis la BRIT School de Londres. Elle y décela son goût particulier pour la production, notamment celle de ses propres chansons.

Someone concrétise ses premiers élans électro-pop dès 2018 avec la révélation d’un premier EP intitulé Chain Reaction. Puis d’un second, Orbit, un an plus tard, suivi d’un EP de reprises Airspace, dont le nom ne laisse aucun doute sur l’une de ses plus essentielles influences. Juin 2020 : Tessa dévoile Orbit II, son tout premier album intégrant plusieurs de ses singles précédents et des inédits. Mais la crise fait de l’ombre à sa promotion. Dès lors, Someone s’enferme tout en s’ouvrant toujours plus. Son intériorité fait des petites merveilles. La preuve avec Shapeshifter, son second opus, à paraître le 10 septembre.

Someone : métamorphoses

Dans Shapeshifter, Tessa Rose Jackson concrétise une nouvelle étape de son approche créative. Invoquant Aldous Harding, Feist, Nick Drake. Reprenant même Dylan en quatrième plage, elle laisse la quête du beau et de l’abstrait derrière elle pour se recentrer et partager ses ressentis. D’une part, quant à celle qu’elle est devenue. D’autre part, quant à la manière dont elle traverse les bouleversements qu’elle vécut tout comme nous ces derniers mois. Ceci étant dit, Shapeshifter ne cherche pas à former un énième épisode du “Comment j’ai fait pour survivre aux confinements”. Même si les titres Save Me et Strange World pourraient laisser entendre.

Toutefois, il s’agit plutôt pour Someone d’y analyser la façon dont la vie d’avant est presque devenue un rêve pour beaucoup. De quoi pousser un certain nombre de gens à prendre des décisions dans un espoir qui, espérons-le, ne restera pas vain. Dans Shapeshifter, Tessa développe aussi cette nécessité de savoir se confronter à soi, à ses peurs les plus intimes, pour accepter ses propres limites tout comme pour s’accepter soi-même : Nothing Really Matters. Pour l’heure, il s’agit de garder foi en l’autre, One by One. De conserver cette Empathy qui peut parfois, aujourd’hui, nous manquer. Pour saisir toutes les perspectives, leurs différences. Pour protéger par là même la liberté de tous. Même celle de ceux qui avaient l’habitude de dire qu’elle n’était que philosophie…


Someone : Site officiel | Crédits photos : Bibian Bingen

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :