THE AMAZING

Un an après la sortie de leur troisième opus Picture you, le groupe suédois The Amazing nous revient vendredi avec un nouvel album. Ambulance conte une histoire à double tranchant. Il emprunte des trajectoires sensorielles surprenantes pour nous emmener au-delà des nuages et de la futilité. Il conçoit avec un œil neuf des mondes déjà bien connus jusque-là parallèles, finissant par se rejoindre et par se confondre.

Il y a quelques années en Suède, la rencontre entre le guitariste du groupe Dungen Reine Fiske et celui de Granada Christoffer Gunrup fit des étincelles, à tel point qu’ils formèrent le groupe The Amazing. Rejoint par un troisième guitariste et claviériste Fredrik Swahn, puis par le bassiste Alexis Benson et le batteur Moussa Fadera, le quintette sortit en 2009 un premier album éponyme marqué par un son pop-folk très aérien auquel la presse fut sensible.

Sur les couplets de The strangest thing, The Amazing trouve son public. Il sort un second album studio intitulé Gentle stream en 2011, qui lui vaut de se produire sur la radio suédoise P3 ainsi que sur le site musical de sessions live Daytrotter.

Mais c’est l’année dernière avec Picture you que The Amazing amorce véritablement son ascension. Démontrant une réelle aisance à combiner des arrangements complexes et évocateurs, il axe son identité sur le trio de guitares apportant une poésie envoûtante aux textes empreints de mélancolie et d’espérance. Ainsi, à travers le titre album Picture you mais aussi Fryshusfunk, on perçoit la volonté du groupe d’allier un rock néo-psychédélique et une voix déshabillant l’être.

L’auditeur à cœur

Il y a du Justin Vernon et du José González dans celle de Christoffer Gunrup, le leader naturel de The Amazing, ainsi qu’un caractère bien trempé et l’exigence de servir l’auditeur plutôt que d’espérer sa reconnaissance.

Et cela tombe bien car c’est tout le concept d’Ambulance, le quatrième album de The Amazing qui sortira après-demain. Christoffer Gunrup le souligne d’ailleurs lui-même sur le site officiel du groupe : « Je crois qu’Ambulance devrait être écouté plus longtemps que le dernier album bien que je n’analyse jamais ce que nous faisons. Après tout, nous pouvons considérer notre mission achevée si je ne me tue pas en écoutant nos morceaux ».

Le son des années 80 perfusé par The Amazing dans Ambulance n’est rien comparé aux univers distinctifs de Portishead, de Radiohead et de Travis que l’on ressent en filigrane de chacune des huit nouvelles compositions du groupe. Les formats volent en éclats dans Blair Drager, la voix de Christoffer Gunrup se promène dans les basses herbes d’un marécage qui se dessèche à vitesse grand v pour un décollage vers des horizons moins mornes.

Plus nu, plus gris

Quant à Moments like these, les échos d’une nostalgie tenace crapahutent au milieu de cordes pressées tout autant que la batterie puisse l’être, soulignant l’urgence et l’optique de Christoffer Gunrup de réaliser un album « plus nu, plus gris ».

Mention spéciale pour le titre album Ambulance, à ne pas considérer dans le sens littéral du terme. « N’importe qui a besoin d’une « ambulance » un jour ou l’autre, ou celui d’après » : nul doute que ce nouvel opus incarnera, bien au-delà des soins à prodiguer, la guérison tant attendue par notre âme, comme un masque à oxygène lui offrant un second souffle.