trip for leon perpetual waves

Trip for Leon : un duo trip hop folk lancé il y a un an par Marie Grollier et Clément Ternisien. En réalité, ces deux-là se connaissaient déjà. Ils sortent jeudi 24 octobre leur premier EP Perpetual Waves et se produiront pour l’occasion au Elmediator à Perpignan le soir-même.

Trip for Leon a le storytelling dans la peau. Ses deux composantes, Marie Grollier et Clément Ternisien, savent raconter les histoires. Et notamment celle de ce grand oncle Léon qui “reste assis là, campé dans son vieux fauteuil fané.” À regarder les mouches voler, il a finalement initié ce projet musical aux accents björkesques mais pas que. Comme quoi, la contemplation a parfois du bon.

Trip for Leon sortira son premier EP Perpetual Waves jeudi prochain. Sur la scène indé française, l’événement aurait pu passer inaperçu. Sur celle de Perpignan, la patrie du duo, il est très attendu. Car le projet est la concrétisation d’une nouvelle parcelle de l’identité créative de ses parents, déjà bien connus dans le coin grâce à leur autre bébé hybride Ublot. Sans parler des Crieurs de murmure : un projet artistique mêlant poésie et musique, porté par Lucie Chillon et… Clément Ternisien. Oui, encore lui.

Trip for Leon : vers de belles aventures

Qui fait quoi ? Au jeu de la composition et à celui de l’écriture, il semblerait que Trip for Leon favorise une perspective à quatre mains. Les textes et les musiques du premier EP du duo sont cosignés par Clément Ternisien et Marie Grollier. Un pas de plus pour cette jeune violoncelliste vers l’expression de toute son intériorité après plusieurs années passées en tant que documentaliste, notamment au Musée des Instruments et des Cultures du monde de Céret (MúSIC). Elle se distingue aussi au clavier, à la guitare et au chant. Elle est la voix de Trip for Leon.

Dans Perpetual Waves, l’expérimentation tutoie une approche acoustique qui retient l’attention et l’esprit. Le titre EP est une imploration in English façon “je t’aime, mais laisse-moi à ma solitude”. On traverse les nuages sur le dos du vent dans Te souviens-tu, à moins que ce ne soit sur celui de l’accordéon de Clément. Le sang des oubliés se mélange à la couleur du vin : Yann Tiersen n’est vraiment pas bien loin. Dans le Fog d’une nouvelle journée espérée tout autant que l’autre, les Mondines déchirent l’atmosphère. L’imploration devient une revendication. Hasta luego le 24 octobre dès 21h au Elmediator à Perpignan.

 


Trip for Leon : Site officiel | Facebook | Crédits photos : Barbara LeBéguec-Friedman