vanished souls nouvel album eponyme 30 mars 2018

Cédric Dayou, aka Drix Cé, et Svein Lemarié, aka Svein Nievs, sont les fondateurs du groupe Vanished Souls. La réserve des deux hommes est palpable lorsqu’il s’agit de partager le sens et les émotions de leurs chansons. De quoi alimenter le mystère autour de leur nouvel album éponyme qui sortira vendredi prochain.

Ils se rencontrèrent en 2003 sur les bancs de l’école. Ils étudiaient alors tous deux la musique à Nancy. Cédric Dayou et Svein Lemarié ne se sont finalement jamais quittés. Et leur duo artistique, constituant le noyau dur de leur groupe Vanished Souls, prendra un tournant inédit le 30 mars avec la sortie d’un nouvel album.

Un album sans nom mais à la saveur qui rappelle effectivement les influences majeures mises en avant par le groupe, Archive et Radiohead pour ne citer qu’elles. Une production dans laquelle les Ghosts ne craignent pas de pleurer.

Après un premier opus paru en 2013, CiTies R reaL, présenté notamment sur les ondes de France Inter, puis son EP Just a sigh… sorti deux ans plus tard, Vanished Souls s’extirpe des normes empiriques du rock et de l’électro pour se livrer corps et âme à une musique accidentée et libre.

En el Silencio de tu vida

La contemplation sonore y défie les lois de la nature. No suffering, ou quand l’encre noire devient rouge comme le sang, au cœur d’extrapolations organiques matérialisant les effluves de l’être invisible sous des yeux ébahis.

Quand Vanished Souls se lâche et tente de retranscrire les interactions Between Us and Everything, la pluie n’est jamais loin et ses gouttes sont telles des larmes qui accompagnent, pour rendre conciliable ce qui ne l’était pas.

You’re not Alone : une assurance que le groupe Vanished Souls n’est pas le premier à clamer et qu’il appuiera par un clip dédié le jour de la sortie de son nouvel album, le 30 mars. Les premiers concerts ont également été annoncés : rendez-vous le 19 avril au Nouveau Casino à Paris pour une release party qui promet d’être pleinement incarnée.

 


Crédits photos : L. Gonzales