i am stramgram no incoming sound

Le 25 septembre dernier, Vincent Jouffroy aka I AM STRAMGRAM sortait un nouvel EP intitulé No Incoming Sound. Entre pop, rock, folk, et 5 ans après son premier opus Let’s not run the Race, le Bordelais renouvelait sa confiance en une touche qu’il fait sienne plus qu’hier. Il aura l’occasion de la diffuser à nouveau à grande échelle dès samedi 25 novembre lors de l’édition 2018 du Festival Chorus des Hauts-de-Seine.

En voilà encore un ayant du mal à quitter l’enfance ! C’est en tous les cas ce qu’avance le biographe de Vincent Jouffroy sur son site officiel. « I AM STRAGRAM ouvre sur le monde de Peter Pan. Parce que Vincent Jouffroy ne l’a jamais vraiment quitté ».

Autant dire que parfois, le jeune personnage de Disney sert surtout à dissimuler la difficulté de certains à raconter de vraies histoires. Il n’en est rien concernant I AM STRAMGRAM, bien au contraire.

Dans la peau de cet artiste, un flux sanguin qui crie de saisir son tempo tel qu’il vient. Dans sa tête, une réelle cohérence doublée d’une stratégie pour ne plus s’embarrasser de la technique et se dévouer à l’émotion.

Une beauté rimant avec justesse

Ainsi, I AM STRAMGRAM a développé une fois de plus dans No Incoming Sound un fil rouge tendu entre son passé et notre futur. Dans les échos de ses premières scènes avec les groupes My AnT et Girafe ; de ses voyages en Australie et à Londres ; de ses engagements au sein du Collectif du Fennec, ceux d’un rien qui deviendrait un tout.

Un rien, ou le temps qui passe et que l’on gaspille quand même. Au bout du serpent, il redevient lui-même. Au creux des variations vocales, mélodiques et écrites façon Molière ou Shakespeare, il épouse les humeurs d’un multi-instrumentiste à la détermination d’acier.

I AM STRAMGRAM sortira le 19 janvier 2018 son tout premier album, Tentacles. Nul doute qu’il saura plaire autant que défaire. Les certitudes, des illusions. Il se produira également samedi 25 novembre dès 15h15 au Festival Chorus, puis à Berlin au Chic Schnack Festival le 30 novembre, et au Florida d’Agen le 8 décembre.

 


Crédits photos : Béranger Tillard