luxs-dream-tako-tsubo

La Lyonnaise Sacha Navarro-Mendez fait sa place petit à petit grâce à son projet musical Lux’s Dream. Né officiellement en mai 2016, il est devenu le réceptacle d’émotions antagonistes sachant composer avec leurs différences pour faire tressaillir l’auditeur. Et du frisson, vous en aurez encore dès le 17 novembre avec la sortie du premier EP de Lux’s Dream : Tako-Tsubo.

Bonjour Sacha, et merci d’avoir accepté cette interview. Tu es auteure, compositrice et interprète. Les claviers et le piano n’ont plus beaucoup de secrets pour toi. Ton projet Lux’s Dream voyage entre sons acoustiques et électro perforations. Peux-tu nous en dire un peu plus et révéler un peu de toi ?

Bonjour Florian et merci également de ton intérêt pour Lux’s Dream ! Il s’agit effectivement de mon projet musical solo : j’écris mes textes, je compose au piano et aux synthétiseurs et je chante. Tout ça en solitaire, plutôt le soir à la lumière d’une bougie et celle des leds de mes synthés (rires). J’habite Lyon depuis pas mal d’années et j’ai 28 ans. Plutôt 17 pour être honnête (rires). La création de Lux’s Dream correspond à ma décision de collaborer avec moi-même. Bien qu’ayant participé et participant encore à des projets collectifs, j’avais envie de cette totale liberté qui me permettrait de ne faire aucune concession artistique. De suivre également mes choix personnels, d’être seule responsable de la mise en œuvre et de l’aboutissement de mes idées. J’ai le sentiment que ça avance moins laborieusement ainsi qu’à plusieurs. Assez logique, puisque pas de temps consacré au débat et autres discussions… En définitive, cela m’arrange étant donné que je commence à être vieille et à compter de plus en plus le temps, rapport au fait que la vie ait une date limite.

Lux’s Dream : quel est le message caché derrière ce nom de scène ?

Lux’s Dream est à la fois une référence au personnage de Lux Lisbon dans Virgin Suicides, interprété par Kristen Dunst. Je me sens assez proche de lui psychologiquement. D’autre part, à l’acrostiche d’une substance que j’ai prise et qui m’a fait avoir la profonde intuition et la motivation de me lancer dans ce projet. Lux’s Dream réunit tout ce que j’aime, mes influences et mes expériences musicales. C’est une sorte d’acceptation de ce que je suis et une mise en exergue de ce que je peux trouver de plus beau en moi et dans toute la musique que j’ai pu jouer et écouter. Je viens du milieu de la musique classique. J’ai essayé beaucoup de choses, comme le baroque au clavecin, le jazz, l’impro pour la danse… Avant de me consacrer uniquement à la création, ce qui implique une recherche permanente et une reconstruction toujours renouvelée de mon set, selon mes nouvelles découvertes, rencontres, l’évolution de mes goûts…

luxs-dream-live

Ton premier EP est prévu pour le 17 novembre prochain : Tako-Tsubo sortira sous le label lyonnais Affect Records. Ça donnerait quoi si je te demandais d’en faire la promo maintenant ?

Tako-Tsubo comporte six titres, dont un featuring avec un producteur de musique électronique très talentueux du nom de Dalhas Umaï. Pour la réalisation, j’ai d’abord fait des maquettes seule chez moi puis j’ai enregistré au studio Mikrokosm qui a su parfaitement mettre en valeur ma musique au moyen de superbes prises de son et d’un travail collaboratif de grande qualité en matière de mix et de post-production.

Quelles sont tes principales influences musicales ?

J’ai joué beaucoup de musiques différentes. Au niveau de mes écoutes les plus marquantes, je retiens ce qui a porté mon adolescence et qui me touche toujours autant : Nirvana, Radiohead, Aphex Twin, Cocorosie, Air, The Kills pour les plus connus.

Quels souvenirs particuliers de ta vie personnelle sont attachés à la musique ?

Grandir au fin fond de la campagne, ça permet d’être très, très disponible pour écouter de la musique, explorer sa vie intérieure et jouer de la musique. Question de survie.

Une tournée est d’ores et déjà en cours, puisque tu t’es produite à Louvenne et Mâcon il y a un peu moins de deux semaines. Prochaine escale au Périscope à Lyon, c’est ça ?

Oui ! Pour une release party où vous êtes tous cordialement invités à venir célébrer la sortie de Tako-Tsubo ! Ça se passera le 15 novembre prochain ! Je prendrai ensuite la route en direction du Sud de la France : Marseille, Tarbes, Salvagnac… Et bien d’autres dates encore je l’espère !

On prend note, et on invite les internautes à liker ta page Facebook pour suivre toutes tes actualités. Une belle continuation à toi Sacha, à très bientôt !