pluriel hugo outters change side

Depuis un peu plus d’un an, Hugo Outters et Élie d’Estienne d’Orves ne chôment pas. Ils concrétisent un projet qui leur tenait à cœur à travers leur groupe Pluriel. Ils sortiront vendredi 27 septembre leur tout premier EP : Change Side. Entre songes folk et sonorités pop-rock égarées entre deux dimensions, ce premier cinq titres a de quoi séduire. À découvrir en live le 30 septembre au Pop-Up du Label.

Hugo Outters et Élie d’Estienne d’Orves forment le groupe Pluriel. C’est en 2004 qu’ils se rencontrent pour la première fois. Ils n’ont alors que onze ans. Leurs parents sont de très bons amis. Les deux familles se retrouvent régulièrement durant les vacances. Au milieu des jeux d’enfants, les deux garçons deviennent rapidement inséparables. Qui plus est, ils partagent la même affection pour la musique. Hugo est à la guitare, Élie au piano. Ils jouent leurs premiers accords ensemble sur les airs de The Smashing Pumpkins, de Radiohead, d’Air et de Beck.

Mais c’est Moby avec son premier album Play qui crée l’unanimité ainsi que l’envie de lancer un jour leur propre projet musicale. “On a grandi avec cet album”, explique Hugo. “Dès que nous l’écoutons, ça nous rappelle plein de souvenirs. Élie se revoit à Sydney. Il avait découvert Moby grâce à mon père. Me concernant, cet album me rappelle les vacances. C’est ça qui est magique avec la musique : il suffit d’écouter une chanson pour être transporté à un autre endroit, à un autre temps. Dans nos souvenirs d’enfance.”

Pluriel : au singulier

Hugo entame des études en gestion puis intègre une école de commerce. Quant à Élie, il suit sa formation dans une école spécialisée dans les métiers du son puis s’expatrie quelques temps à Montréal. “L’idée était de terminer nos études respectives avant de concrétiser notre projet musical.” C’est chose faite en juillet 2018. Les deux amis débutent leur travail de composition à quatre mains. Certains titres sont déjà écrits. D’autres voient le jour dans la perspective de la sortie d’un premier EP en 2019. La collaboration se fait à distance entre le studio professionnel d’Élie dans les Landes et Paris.

“Élie et moi sommes jumeaux. On s’entend très bien musicalement. On est très complémentaires”, souligne Hugo. “Chacun apporte son grain de sel à la compo de l’autre. On réussit à s’adapter rapidement à l’autre, y compris en cas de désaccord.” Les titres de Pluriel résonnent avec les ambitions et les questions que les deux amis se posent sur leur propre vie. Rapidement, ils trouvent leur premier public. Ils sont rejoints par Victor Pied à la guitare, Léo-Paul Horlier à la batterie et Thibault Capitant à la basse. Le réseau de ce dernier leur permet de se produire à l’International à Paris en avril 2019. D’autres concerts suivent quelques semaines plus tard, notamment au Supersonic et au Point Éphémère.

pluriel élie d'estienne d'orves change side

Change Side : entre rêves et réalités

Pluriel dépasse le trip entre potes avant la trentaine. Le groupe cherche à s’inscrire dans la durée avec l’envie de transmettre un message connecté à la prise de recul nécessaire sur nos vies. “Les réseaux sociaux ont tendance à nous déconnecter complètement du reste”, confie Hugo. “On vit dans notre monde comme dans une bulle. Ça ne va pas s’améliorer à l’avenir. Du fait notamment que la technologie va encore évoluer.”

Ainsi, dans le titre Fly, Pluriel invite l’auditeur à s’envoler pour “s’extirper de ce quotidien-là.” La chanson prend appui sur ces rêves plus vrais que nature. “À chaque fois que je me réveille de ces rêves-là, je suis déçu”, partage Hugo. Sortir, dépenser de l’argent, sortir, dépenser de l’argent… Une boucle infinie qui répond aux interrogations développées dans Fire quant au sens de la vie, de la mort. Quant au besoin de reconnaissance du groupe aussi. De quoi se poser pour un repos bien mérité en dernière plage. Nightime est la plus ancienne chanson de Pluriel. Elle fut enregistrée en 2014. Le morceau invite à retrouver une profonde sérénité après s’être (dé)battu.

 


Pluriel : Facebook | Cagnotte Leetchi : pour participer à la réalisation du clip vidéo Fire | Crédits photos : Julien Percheron