antoinette cremona album espero

Il y a deux ans, je fis la rencontre d’une artiste de rue. Une Strasbourgeoise de passage dans la ville rose, reprenant à sa façon des textes plus que des chansons. De retour à Toulouse il y a un mois, Antoinette Cremona m’annonça qu’elle venait de sortir son premier album : Espero.

Dans son premier opus sorti en avril dernier, Antoinette Cremona se souvient et remercie tous ceux dont elle croisa la route. Et Dieu, aussi, pour « avoir eu la bonne idée d’aiguiser ses cordes vocales ».

La formule dépasse le seul effet de spiritualité et révèle une fois de plus les intentions qui animent Antoinette Cremona, depuis qu’elle fit le choix de chanter librement dans les rues du monde.

Des intentions qui font frissonner sa voix tout comme les corps des êtres qui ont l’opportunité de l’entendre. Des manipulations ravageuses d’airs connus de tous, jusqu’à l’invention d’un nouvel univers : le sien.

Sentir le vent

Les dix compositions originales proposées par Antoinette Cremona dans Espero forment à présent les longues plumes de ses ailes. Le chemin prit du temps, il est l’heure désormais de les déployer.

Dans le souffle d’une promesse, Antoinette Cremona distingue la chance de pouvoir dire je t’aime. De pouvoir aussi confier ce que les procédés des hommes peuvent lui inspirer. Du français à l’anglais en passant par l’espagnol, la complainte devient invitation, la supplique, un élan.

La belle vie ?

La Vita Bella : Antoinette Cremona en donne certains secrets dans Espero, un premier album qui annonce le plus simple et le plus merveilleux pour elle et son public. Après l’attente, après l’espérance, place au grand voyage.

Celui d’Antoinette Cremona se poursuit, s’étire, s’égare et s’accapare. Rendez-vous en bas de chez vous pour vous procurer votre version physique de ce bout de rêve partagé. Vous pouvez également vous rendre sur sa page Facebook pour la commander directement auprès d’elle.

Revivez enfin notre première rencontre grâce à l’interview qui lui fut consacrée en 2016.