Menu Fermer

Kiol | Défaire ses chaînes

kiol techno drug store album

Céol (“musique” en gaélique), aka Kiol, est un jeune auteur, compositeur et interprète italien originaire de Turin. Et qui a des amis irlandais bien intentionnés. Il dévoilera vendredi 23 octobre 2020 son premier album autoproduit : Techno Drug Store.

“Le cliché d’un gars qui a la vingtaine, assis devant son ordi. Et qui attend la livraison de son poulet frit.” Tels sont les propos du jeune Kiol au sujet de son premier album Techno Drug Store à paraître vendredi. De quoi poser le décor dès le départ quant à son approche et la perception qu’il a de cette dernière. Autrement dit, une considération décomplexée de lui-même ainsi que du monde qui l’entoure.

Écrites durant une longue période de sa nouvelle vie de jeune adulte, les chansons de ce premier opus tracent les contours d’un artiste matérialisant sa condition simple et fragile. Chaque instrument qu’il anime est investi d’une part de lui-même. Tout comme le sont ses influences à l’instar de Paolo Nutini, Mumford & Sons et Ben Howard. Mais aussi ses mots qu’il pose sur sa génération. Et ce, dans la continuité d’un discours de Matthew McConaughey l’ayant beaucoup inspiré. Notamment quant au fait de “non seulement savoir ce que l’on veut réaliser, mais également comment on souhaite y parvenir.” Finalement, il tira de cet enseignement les paroles de son morceau Joy.

Kiol : le bonheur, là où vous le (re)trouverez

Dès l’âge de cinq ans, ses baguettes de batteur en herbe à la main, Kiol entrevit un avenir dans la musique. Égayant ses journées d’ado, Green Day, Limp Bizkit et Korn le poussèrent à créer son premier groupe de rock. Il s’envola ensuite pour Londres afin d’y étudier l’écriture des chansons à l’institut BIMM. Avant de signer chez l’agence ITB et de se produire dans toute l’Europe à travers plus de 150 concerts, en première partie d’artistes de renom comme Jack Savoretti, Joan Baez et Placebo.

Dans Techno Drug Store, la voix de Kiol rappelle tantôt celle des crooners de la scène indé italienne. Tantôt celle d’un certain Lenny Kravitz, entre autres, dans ses titres Joy et Polly. Ce dernier single fut d’ailleurs révélé en juin dernier. Il évoque la naissance d’une passion dans ses moindres détails et à distance. Is It Love ? Le cas échéant et s’il est vrai, alors il vaut la peine. Le secret pour le trouver ? Look Around, mais sans trop vous monter la tête. Car on ne sait jamais où et quand il frappera. Cet amour vengeur, dans l’ombre des espoirs, attend son heure. Son coup d’épée : The Beginning d’un nouveau sens à donner à l’existence.


Kiol : Facebook | Crédits photos : Stefano Druetta

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :