Menu Fermer

Ghern | Tout a été inventé pour toi : il s’agit à présent d’y croire

ghern tout a été inventé pour toi album

Vous reprendrez bien un peu d’authenticité et de joie de vivre ? Un zeste d’espoir en ces temps éreintants pour les esprits et les âmes ? Rendez-vous vendredi 26 mars 2021 pour un service quatre étoiles avec la sortie du premier album de Ghern : Tout a été inventé pour toi.

Skriber était déjà à ses côtés lors de la sortie de son second EP Fortune en juin 2018. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts. Au ralenti et à la mort ces derniers mois. En fait, voilà plus d’un an que les jours s’enchaînent sans que beaucoup ne puissent s’empêcher de s’interroger sur le sort réservé à tous. Sans que les autres ne puissent cesser d’avoir peur. À l’ensemble, sans distinction, Ghern offre ce qu’il avait “de plus positif à partager”. En l’occurrence, une porte ouverte sur la façon de transformer leur perception des choses. C’est ainsi que l’on pourrait résumer les intentions de son premier album intitulé Tout a été inventé pour toi, à paraître demain chez Phonomagic.

Plus aisé à dire qu’à faire, bien entendu, lorsque tout vous tombe dessus, y compris et surtout, le plus sidérant. Qu’il s’agisse d’un défaut de connaissance ou d’un excès de lucidité, il est clair qu’il vaudrait mieux, parfois, être sourd et aveugle. Plutôt que d’entendre et de voir l’inaudible et l’insoutenable. Ceci étant dit, et sans formule magique aucune, Ghern livre dans son nouvel opus l’une des clés de la réinvention de soi. À condition qu’on ait été capable de se connaître vraiment au préalable.

Souffler sur les braises

L’album de Jérôme Ghern contraste avec ses précédentes productions dans la forme musicale, versant désormais dans la folk, le rock. Toutefois, dans le fond, il reste fidèle à sa volonté de retranscrire, voire d’incarner, les pouvoirs poétiques, hypnotiques et mélodiques de la langue française. Et ce, à l’instar des références de l’auteur, compositeur et interprète parisien, également ingé son de formation.

Résultat : un album à la pudeur touchante, qui invite au respect, à l’indulgence à l’égard de soi. À une autre façon de se penser, de se projeter et de se concrétiser. Notamment dans les moments les plus solitaires et/ou incertains. En parallèle, il s’agit de repositionner un devoir de mémoire nécessaire tout en réhabilitant un silence qui, très souvent, est d’or. Il ne faut jamais rien raconter, surtout pas que le temps n’existe pas. “Tout se passe en même temps” dès lors que le Beau futur n’est plus seulement une prédiction. Dès lors qu’il s’anime pour ce qu’il est, pour ce que chacun en fait. Et non pour ce qu’il en fera.


Ghern : Facebook | Crédits photos : Querelle

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :