blanco white josh edwards desert days

Josh Edwards, aka Blanco White, est en tournée depuis le 6 septembre. Après une première date à Washington et plusieurs autres à travers les États-Unis et le Canada, le Londonien a poursuivi cette série de lives en Europe. Espagne, Italie, Suisse, Scandinavie, Allemagne, Irlande et Royaume-Uni : il fera également une halte dans l’Hexagone le 7 novembre au Point Éphémère à Paris. Cette tournée annonce la sortie d’un premier album intitulé The Other Side, prévue le 3 avril 2020.

Voilà cinq ans déjà que Josh Edwards a lancé son projet musical Blanco White. Un nom de scène comme un double hommage. D’une part, à ses origines anglaises. D’autre part, aux racines qu’il a profondément plantées dans la culture espagnole et d’Amérique du Sud. Ces liens si particuliers, ils les tissent dès l’âge de dix ans à l’occasion d’un Road-trip en famille. Ses parents emportent alors dans leurs valises l’ainé et ses deux jeunes sœurs. Ils les font voyager au Mexique, au Costa Rica et au Pérou.

De là, Josh Edwards se lance à corps perdu dans tout ce qui touche de près ou du loin à cette histoire qui lui parle tant. Il étudie l’espagnol à l’université. Puis il se rend en Andalousie. Sur place, il s’imprègne de toutes les subtilités du flamenco au côté de Nono Garcia, l’un des guitaristes de jazz et de flamenco les plus connus d’Espagne. Il finit par traverser l’Atlantique et part en Bolivie. Là-bas, il s’accapare la maîtrise du charango, une petite guitare du coin aux cordes pincées. Au-delà, il définie la trame de son identité artistique. Elle imprègne l’ensemble de ses morceaux depuis ceux de son premier EP The Wind Rose paru en février 2016.

Blanco White : métissages inattendus

Le 24 octobre, Blanco White a révélé le troisième extrait de son premier album The Other Side annoncé pour avril 2020. Ainsi, Desert Days succède à Papillon, publié début septembre, et à On The Other Side sorti durant l’été. L’approche liée à la composition de Desert Days se distingue des autres chansons de Blanco White. Notamment par les élans blues que l’artiste a souhaité y intégrer. Entre deux rives séparées par la mer de sable saharienne, l’auteur, compositeur et interprète a cherché une fois de plus à mêler les genres qu’il affectionne tant. Et ce, sans délaisser sa perspective poétique faisant rimer contemplation et introspection.

Blanco White sera de passage le 7 novembre pour un concert unique en France. Il aura lieu au Point Éphémère à Paris dès 20h. Sur scène, il croisera ses envies latines avec celles de l’Argentine Malena Zavala. Cette Londonienne d’adoption aura l’occasion de partager les titres de son premier album Aliso, égarés entre dream-pop et indie folk.

 


Blanco White : Site officiel | Facebook | Crédits photos : Sequoia Ziff