ella foy walking in the space

Née en 2014 à La Rochelle, la formation Ella/Foy a sorti son premier album Walking in the Space le 18 mai dernier. Une excellente raison pour elle de reprendre la route pour une série de concerts dans toute la France. Elle se produira notamment le vendredi 29 juin à La Javelle à Paris.

Entre Hélène Fayolle et Romain Deruette, une belle intimité artistique venue d’un lointain qu’ils supposent plus qu’ils ne le connaissent vraiment. Dans son ombre, la belle étoile de l’harmoniciste Bruno Tredjeu. Le trio forme Ella/Foy, entité dévolue à la rêverie, à la douce chaleur d’un voyage spirituel autour du globe. Depuis sa création il y a quatre ans, le groupe enchaîne les concerts, les festivals tout autant que les plus modestes scènes. Il est aujourd’hui en bonne voie pour franchir un nouveau cap.

Si on sait peu de choses sur ce qui compose la vie de ces trois petits phénomènes, on devine dans la voix d’Ella les écorchures qui font d’un artiste un être à part. On perçoit dans les accords de Foy cette technique, enseignée notamment à l’école de musique de Puilboreau près de La Rochelle, puis défaite pour n’en conserver que la quintessence. Si l’écriture et la composition des morceaux se font à trois, l’addition révèle une unicité qui fait chaud au cœur.

On dirait l’ouest

Les mélodies du trio Ella/Foy, c’est le Far West folk-blues façon Moriarty. C’est cet harmonica qui vient envelopper les guitares acoustiques dans tout ce sable porté par le vent. Un Souvenir of Love qui mène à des sonorités façon Tiersen, pour Les envolées sauvages en écho au Vol des cygnes d’un Laurent Lamarca. Toujours cet horizon infini, cette volonté de percer son secret. C’est l’ouest Atlantique français, « des chimères élastiques, des sirènes intrépides, qui chantent les mystères de l’oubli ».

Et dans ce Last Goodbye en quatrième plage du premier album d’Ella/Foy, une simple et belle proposition : celle d’une promenade dans l’espace. Nothing Better to Do : indeed. Walking in the Space, ou comment rendre à la mélancolie cette part d’espérance faisant d’elle un sentiment qui engendra par le passé les plus belles poésies ? Rendez-vous le 29 juin à la guinguette parisienne La Javelle pour partager les réponses d’Ella/Foy à cette interrogation, et plus encore. Retrouvez également toutes les dates du groupe sur sa page Facebook.