julia jacklin crushing eurokeennes belfort 2019

Trois ans après la sortie de son premier album Don’t Let the Kids Win, Julia Jacklin est revenue le 22 février 2019 avec son second : Crushing. Elle sera sur la scène de la Loggia des Eurockéennes de Belfort dimanche 7 juillet dès 18h45.

Elle avoue sans rougir son amour pour Anna Calvi. Il faut dire qu’il lui fit acheter sa première Fender Telecaster, à l’époque où elle composait ses premiers morceaux. Sans trop savoir ce qu’était la vie de musicienne. Sans attendre quoi que ce soit. Depuis, Julia Jacklin a fait sa place dans le paysage des chanteuses folk internationales.

Cette Australienne de 28 ans a grandi à une centaine de kilomètres de Sydney. Elle commence à poster ses mélodies sur Bandcamp, puis tout s’enchaîne. Le label Polyvinyl Records la repère et la signe. Cette collaboration donne le jour à Don’t Let the Kids Win début octobre 2017. Il lui permet aussi de réaliser tout le pouvoir de son ambition.

Julia Jacklin : Crushing is not deceiving

Dans son second opus, Julia Jacklin gagne en confiance. C’est elle-même qui le dit. Dans une perspective tantôt électrique, tantôt mélancolique, elle laisse s’échapper les sentiments évanescents qui l’animent et la nourrissent. De Body à Don’t Know How to Keep Loving You, en passant par Good Guy en septième plage, on raffole de ses évocations à Aldous Harding et à Sharon Van Etten.

Après deux ans passés en tournée suite à la sortie de son premier album, Julia Jacklin a pris le temps de regagner un espace qui lui manquait. L’écriture de Crushing l’y aida. C’est pourquoi elle a repris la route. Australie, Europe, États-Unis : elle revient dans l’Hexagone cet été. Elle se produira notamment dimanche 7 juillet à la nouvelle édition des Eurockéennes de Belfort.

 


Julia Jacklin : Site officiel | Facebook | Crédits photos : Nick Mckk