manchester orchestra band

Depuis 2004, il déploie ses résonances rock et folk alternatives à travers le monde entier : le groupe américain Manchester Orchestra revient aujourd’hui avec un cinquième opus, A Black Mile to the Surface, offrant une tendresse et une sensibilité profondément renouvelées. Tout autant que son écriture : il s’agissait d’ailleurs de l’un des objectifs essentiels du groupe pour cette nouvelle production.

Trois ans après la sortie de Cope, Manchester Orchestra se propose de poursuivre l’histoire avec un nouvel album aux allures de caresses ponctuées d’étreintes. Dans A Black Mile to the Surface, le duo fondateur du groupe, composé d’Andy Hull et de Robert McDowell, réussit ainsi à remporter le pari d’une luminosité qui saurait être tout aussi inspirante que les ombres de leurs existences.

Le single The Alien sortait dans cette perspective il y a quelques semaines. Pour Andy Hull, il s’agissait de dérouler « le récit d’un moment dans la vie d’un homme alors qu’il se confronte à une décision ambitieuse comportant une conséquence désastreuse ».

Lorsque le sentiment fut homme

Finalement, A Black Mile to the Surface devient le réceptacle des histoires familiales et de leurs effets sur tous leurs membres. Aidé de Mike Dempsey et de The Daniels (Daniel Schneinert et Daniel Kwan) pour la réalisation du clip de ce dernier single, Manchester Orchestra illustre, anime, embrasse une exposition originale contée à travers des sensations, des états, des situations personnifiés et bien vivants, à l’instar des titres The Maze, The Mistake et The Silence.

Des acteurs abstraits qui parcourront les scènes sur lesquelles Manchester Orchestra a d’ores et déjà prévu de se produire, comme ce sera le cas en France le 31 octobre prochain sur les planches du théâtre parisien Les Étoiles.