montevideo temperplane

Montevideo revient (enfin!) le 25 janvier avec son troisième album Temperplane. À cette occasion, le quatuor électro-rock, basé à Bruxelles et mené par Jean Waterlot, se produira le 7 février à Paris au Point Éphémère. Gagnez vos places avec Skriber !

Montevideo sortit son premier EP en 2004, puis un premier album studio éponyme trois ans plus tard en France. Il fallut ensuite attendre pas moins de six ans pour découvrir le second opus du groupe, Personal Space, en 2013… Et six de plus, donc, pour son troisième, qui paraîtra demain chez Tigersushi.

Temperplane se gosse déjà de tous ceux qui chercheraient à le traduire littéralement. Voyez le nom de cette production comme une invention issue de l’imaginaire prolifique de Jean Waterlot. Un album qui connecte les influences de toujours de Montevideo entre elles (citons notamment les Charlatans, Primal Scream, Metronomy), dans la continuité d’un processus de création toujours plus pointu et dans lequel l’écriture affirme sa place.

Une écriture qui ne fut pas vraiment la préoccupation de Montevideo à ses débuts, mais à laquelle Jean Waterlot conféra une nouvelle importance dès Personal Space. Le compositeur et multi-instrumentiste qui, en parallèle de Montevideo fondé avec son frère Pierre, rejoignit le groupe de rock Ghinzu en 2008 à la guitare et aux claviers, prenait alors le parti d’user de sa plume avec l’aide d’un ami.

Montevideo : du yaourt au grand message

De la thématique du jardin secret de l’homme et de son nid fabriqué en vain sur les réseaux sociaux dans le titre album Personal Space, à celle des attentats perpétrés à l’aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016 dans le titre album Temperplane, il n’y a qu’un pas.

Une chanson écrite et composée par Montevideo alors que le groupe vient de fouler le sol new-yorkais pour entamer l’enregistrement de l’album au Crowdspacer Studio de Joakim Bouaziz : “C’était étrange de vivre ce drame à distance, à travers les médias américains. On a fui sans le vouloir une espèce de monde apocalyptique, qu’on évoque dans le morceau Temperplane”.

Les Belges de Montevideo aiment le rock anglais, à l’instar de la Belgique toute entière depuis plusieurs décennies. Dans Temperplane, le groupe y mêle une empreinte électro-pop totalement raccord avec ses précédents sons. Il s’amuse également à insérer certaines dynamiques new-wave dans l’excellent Sutton Street, une fois les fantasmagories de cette Funhouse retombées. And So What ?

Gagnez vos places

Le groupe se produira le 7 février dès 20h au Point Éphémère à Paris pour la release party de Temperplane. Une place est réservée pour trois d’entre vous. Cliquez et tentez de remporter la vôtre avec le mot de passe “Montevideo” : vous avez jusqu’au 31 janvier 2019 minuit. Bonne chance !

Montevideo : Site officiel | Facebook