flox taste of grey

Suite à la sortie fin 2017 de son sixième album Taste of Grey, Flox est reparti en tournée à travers la France. Il se produira notamment samedi 17 février à Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin à l’Echo System. L’occasion de prendre quelques minutes avec lui pour mieux connaître ses aspirations et ses perspectives créatives.

Bonjour Flox, et merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Tu es Londonien et installé sur Paris depuis plusieurs années. Tu fus révélé en France par Radio Nova et France Inter il y a déjà 12 ans. Si tu n’avais pas fait du nu-reggae-électro, quel autre genre musical aurait pu te tenter et pourquoi ?

Bonjour et merci à toi aussi Florian ! Je ne pense pas avoir choisi un style musical en particulier. C’est sans doute une synthèse de la musique que j’aime écouter, et surtout un style personnel sur lequel je prends plaisir à m’exprimer. Je pense que tous les styles m’intéressent, à part peut-être la pop music, qui transpire plus souvent l’argent que l’art. Mais si j’avais dû choisir un autre style musical, j’aurais peut-être opté pour le rock car il s’en dégage une énergie scénique qui me parle. Ceci était dit, s’il fallait considérer la réalité économique du métier de nos jours, j’aurais plus spontanément opté pour l’électro, pour des raisons logistiques en tournée.

Pourrais-tu nous présenter trois artistes de reggae qui t’ont inspiré et que tu voudrais faire découvrir à ceux qui ne connaissent que Bob Marley, afin de leur faire sentir toute la richesse de ce genre musical. Pourquoi ces trois groupes plutôt que d’autres ?

Bob Marley restera malgré tout une référence, pas seulement pour le reggae mais surtout pour la composition et l’ouverture au monde de ce style qui est effectivement très riche. Pour moi, l’ambassadeur du reggae pur serait Burning Spear car il a su mener une carrière authentique sans compromis ! Je citerais aussi Linton Kwei Johnson, pour sa poésie et pour un message plus social qui fait du bien au style. Et pour finir, Steel Pulse, pour l’apport harmonique qui a inspiré beaucoup d’autres groupes de reggae. Ces choix s’expliquent aussi par le fait qu’il n’y a pas grand-chose à jeter sur l’ensemble de ces carrières. Quoiqu’il en soit, ces trois groupes m’ont fortement inspiré.

flox at home

“Je pense qu’on doit être exigent avec soi-même et toujours essayer d’être acteur de sa vie”

 

Tu le disais lors d’une de tes précédentes interviews : rien ne te semble insurmontable. Pourtant, il y a sans doute des jours plus compliqués que d’autres, où l’on peut avoir du mal à voir le verre à moitié plein. A quoi ressemblent-ils et comment les transformes-tu pour poursuivre ton avancée perso et musicale ?

C’est une bonne question ! Il y a effectivement des jours bien plus compliqués que d’autres, comme pour tout le monde. J’ai déjà la chance de pouvoir exorciser mes blues dans la musique. Mais finalement, je pense qu’on doit être exigent avec soi-même et toujours essayer d’être acteur de sa vie. Je pense qu’on peut faire des choix radicaux dans sa vie tout en respectant ceux et celles qui nous entourent. Sartre a écrit : « L’enfer c’est les autres ». J’ai la chance, sans doute grâce à mon éducation, de croire le contraire, et j’essaye d’appliquer au jour le jour l’idée qu’il faut donner beaucoup pour recevoir un peu.

Quelle serait LA chanson de ton dernier album Taste of Grey qui pourrait le mieux illustrer ta réponse ?

Le titre le plus représentatif est assez difficile à choisir car c’est un album concept qui parle justement de cette discipline d’exigence de vie. Ça montre aussi qu’il y a beaucoup de paramètres à prendre en considération si on veut réussir sa vie : être sincère et exigent avec soi-même et les autres, prendre des risques, partager au quotidien l’espoir et l’amour. Sans oublier de sourire beaucoup !! 🙂

Ils seront nombreux à sourire avec toi ce samedi à l’Echo System. Les rendez-vous sont également pris en mars pour tes scènes à Lomme et à Cluses. Bonne continuation à toi Flox !