denize aube walrus

Denize est une jeune normande qui a sorti vendredi 29 mars son premier EP Aube. Financé en partie par le succès de sa campagne de crowdfunding menée sur Ulule, ce premier cinq titres révèle une plume délicate qui ne se contente pas de rester en surface. À écouter en live, notamment ce vendredi 5 avril au Walrus à Paris.

C’est le violon qui obtient ses premières faveurs. Denize, une jeune auteure, compositrice et interprète originaire du Havre, a d’abord été guidée par les mélodies classiques qui passaient en boucle à la maison. Fille de parents eux-mêmes musiciens, elle a coutume d’accompagner également son oncle dans ses air-ments.

Ça chauffe à l’intérieur de la gamine, suffisamment pour qu’elle ne puisse se satisfaire du jeu de la musique et de l’écriture. La voilà qu’elle veut aussi les danser. Une chose en entraînant une autre, Denize se donne corps et âme à ses passions. Après avoir obtenu son diplôme d’études musicales au Conservatoire Arthur Honegger du Havre, elle décroche celui en musiques actuelles amplifiées au CRR de Paris, ainsi que le diplôme d’État de professeur aux Rencontres Internationales de Danse Contemporaine.

Rien l’un sans l’autre

C’est ainsi que l’on pourrait finalement résumer le parcours de Denize, tout comme son premier EP paru la semaine dernière : Aube. Cette perspective révèle un tempérament bien trempé, une détermination certaine au service d’une jolie délicatesse, tant dans le mot, le phrasé que dans l’approche musicale, axée sur une combinaison créative de l’électro et de l’acoustique.

Hier est loin : pourquoi tu restes ? Pourquoi le devrais-tu ? Voilà typiquement le genre de question essentielle que réussit à écrire et à incarner Denize, du haut de ce jour nouveau venant à peine de naître. Et qu’elle embrasse intensément. De quoi rester attentif à la suite de son chemin avec beaucoup d’émotion. De quoi prendre le temps, avec elle sur scène, comme ce sera le cas vendredi au Walrus à Paris.