come pierrick vivares point nemo

Il a la trentaine suffisamment lucide pour raconter simplement les gens et ce qui leur arrive : Pierrick Vivares, aka Côme, revient demain avec son nouvel album intitulé Point Némo. Cette sortie s’accompagne d’une tournée débutée fin janvier, qui passera dans les prochains jours par le festival Les Chants de Mars puis par les Trois Baudets.

Selon son propre aveu, Pierrick Vivares ne se destinait pas à la musique. Pourtant, sa formation classique et les chants lyriques qu’il apprit à chanter plus jeune auraient pu le mettre sur la voie. Le hasard des rencontres a fait le reste, le plus gros pourrait-on dire.

Ses premières chansons voient le jour en 2010 après quelques temps de reprises. Les premières scènes, un premier album Transports en commun en 2013, un nouvel EP Ph[o]enix trois ans plus tard, les premières parties, notamment celle de Laurent Lamarca la même année.

16 mars 2018 : Côme poursuit sa route et continue de faire sa place avec un second album, Point Némo, dans la jolie tradition de la chanson française qui raconte les choses sans se la jouer.

D’aventures en aventures

Point Némo, c’est se gaver de bonheur jusqu’à la moelle. On ira. C’est vivre à en mourir. Jamais content. C’est se chercher, le chercher, la chercher dans une prose. Métamorphose. C’est comme un lundi sans dimanche, le rire sans l’enfance. Seul.

Dans ces échos de Dentelle, d’un autre Finistère, Côme plante son doigt dans le sable et y trace les formes qu’il entrevoit dans les émotions de la vie. Les plus petites, les plus pâles. Les plus grandes, les plus inavouables.

On se laisse prendre au jeu. Et on veut bien le croire, lui qui milite pour ne pas croupir d’ennui. Alors prenez un peu de temps et recevez son partage. Au festival lyonnais Les Chants de Mars par exemple, ce samedi 17 mars. Ou à Paris aux Trois Baudets le 21 mars. Ou encore après, choisissez votre date. Et prenez un peu de temps avec lui.