the psychotic monks rock en seine

Un bon gros rock de garage, entre sonorités expérimentales façon Pink Floyd et une “so tender” attitude à la mode Nick Cave : voilà comment on pourrait résumer l’identité musicale du groupe parisien The Psychotic Monks, qui sera à nouveau sur la scène de Rock en Seine demain dès 15h30.

Martin Bejuy, Clément Caillierez, Arthur et Paul Dussaux : le quatuor qui forme The Psychotic Monks a la pêche, et c’est peu dire. Depuis 2012, le groupe écume les salles de concert à travers la France, mais aussi en Europe. Un engagement artistique de terrain qui porte ses fruits, et qui l’a récemment propulsé au rang de lauréat du Prix Chorus 2018.

Après un premier album sorti en avril 2017, Silence Slowly and Madly Shines, The Psychotic Monks a récemment partagé sur ses réseaux certaines de ses nouvelles compositions, notamment en mai dernier à l’occasion de sa session live An Ascent to Confusion. Deux nouveaux titres qui forment un poème, déclamé entre autres au Great Escape Festival à Brighton.

Goodbye formats

La vie, la mort, l’amour : si les thématiques qui inspirent The Psychotic Monks ressemblent à celles déjà exploitées par les idoles et leurs alter ego depuis des lustres, ce band sait surprendre par sa volonté de proposer une véritable alternative, tant au niveau de l’expérience musicale qu’il développe qu’au niveau de son énergie pour transgresser les normes.

Le problème, c’est qu’on propose majoritairement aux gens ce qu’ils aiment et connaissent déjà”, explique le groupe, “alors qu’on devrait leur proposer ce qu’ils pourraient aimer et ne connaissent pas forcément.

Aux oubliettes, cette société de consommation de masse aliénant les populations du monde. Et bonjour la découverte et l’intérêt pour un inattendu qui saurait faire sa place dans les oreilles et dans le cœur des spectateurs. Rendez-vous samedi 25 août dès 15h30 sur la scène de l’industrie du Festival Rock en Seine à Saint-Cloud pour vous prêter au jeu d’une autre musique, imagined by The Psychotic Monks. Dépêchez-vous : il ne reste que quelques pass.