kid among giants second EP

Robin Boulay, aka Kid Among Giants, sortira vendredi son second EP. Un opus sans titre, sans artifice, qui succède à Beginning of the End paru fin 2016, et qui s’accompagne de deux release parties, l’une à Tours au Canadian Café ce jeudi soir, l’autre à Strasbourg à la Popartiserie ce samedi.

Il a 21 ans. Il est Ruillacois avant d’être Tourangeau. Et comme beaucoup, il souhaite faire de sa vie un long fleuve musical. Robin Boulay faisait ses premiers accords à la gratte à l’âge de dix ans. Et dans sa tête rôdait déjà ce gars dans lequel il se reconnaissait plus que dans celui assis sur les bancs de l’école.

Ce gars qui écoute Beach Youth, Sufjan Stevens, Radiohead, Low Roar. Ce gars qui fit partie de plusieurs petits groupes, à l’instar de Twin Pines Walk et Caracas Poney Club. Celui qui s’engage aussi, notamment au sein de l’association Ondes Positives, organisatrice du festival du même nom à Marçon. Celui enfin qui remporte le Prix du public au tremplin des musiques actuelles de la Castélorienne à Château du Loir.

Bref, il n’en fallait pas plus à Robin Boulay pour suivre simplement la voie en solo tracée par ce gars-là. Ce fut une bonne chose de faite il y a deux ans avec Kid Among Giants. Et même s’il reste du chemin à parcourir à ce projet pour qu’il se trouve complètement, les débuts portent de bien jolies perspectives…

Un gars qui ne lui veut que du bien

Ce gars-là ne perd pas le nord et poursuit sa route dans l’esprit de Robin Boulay. Le Kid se cherche encore, certes, mais ses Giants sont bel et bien là. Et les mélodies qu’ils lui inspirent naviguent entre questionnements lancinants, nostalgie tenace et désir de prendre son temps. Pour dire, pour ressentir, pour atteindre la cible.

Mélange de celles ayant fait le succès de The XX, Bonobo et Kavinsky, les sonorités électro de Kid Among Giants captivent telle une rengaine. Et lorsque qu’une guitare acoustique se pointe, c’est pour mieux marquer l’incidence temporelle, l’urgence. Little by Little.

Ainsi, malgré certaines facilités de composition à la limite de l’hommage mimétique à Radiohead dans Endless Night, titre sur lequel on peut se retrouver à chanter le couplet et le refrain de Creep ; malgré certains raccourcis textuels impactant les aspects incisifs du message de Kid Among Giants, le rendu global de ce second EP donne envie.

Et notamment celle d’en entendre plus. Et de l’entendre en live par la même occasion : tant qu’à faire. Rendez-vous le 8/03 à Tours et le 10/03 à Strasbourg pour deux concerts tous deux consacrés à la sortie du nouvel EP de Kid Among Giants. Puis à Châteauroux le 23/03 sur la scène du Festival des Comptoirs Sonores.

 


Crédits photos : Elisabeth Froment