sacha bernardson rockall

Un Bayonnais expatrié en Islande sort ce vendredi son nouvel album intitulé Rockall. Il s’appelle Sacha Bernardson. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, l’étonnement risque d’être fort. Ceci dit, passé ce stade, et l’idée abandonnée de trouver La trame, ils se laisseront volontiers happer par sa chimère, qui ne comptera pas ses heures pour leur faire quitter la terre.

Égaré dans la vallée infernale, le héros s’appelle… Sacha Bernardson. Un Français se proclamant apatride dans les communiqués de presse envoyés récemment à l’occasion de la sortie de son nouvel album Rockall, prévue ce vendredi.

Il faut dire que Sacha Bernardson a la bougeotte. De là à dire qu’il a aussi le bourdon, il n’y a qu’un pas. Quoiqu’il en soit, au fil de son avancée artistique, on le retrouve en 2014 à Pittsburgh aux États-Unis, puis à Londres, Bordeaux et Reykjavik cette année pour l’enregistrement de son opus inédit. Musicien du monde donc, s’amusant avec son ordi pour créer des partitions magnétiques qui interpellent.

Je suis Rockall au creux de tes doutes

De vos larmes et de vos peurs aussi, comme il le chante en cinquième plage de Rockall dans son morceau Sceptre and Orb. Le monde de Sacha Bernardson est allégorique, symbolique, angélique. Pop et électro minimalistes s’y confondent pour suggérer l’équivoque de ses intentions.

Nocturne, cet écho à Björk et à son titre Submarine paru sur son album Medúlla en 2004. Un écho dont les ondes imprègnent toute la démarche musicale de Sacha Bernardson, encore ici dans Time to Wake up, corrélé à l’Immature de la figure islandaise dans son album Homogenic paru en 1997.

Alors, où se situe la frontière entre le fan invétéré et le créatif forcené ? Disons qu’il vous appartiendra de la trouver, en écoutant Rockall à votre tour. En participant aussi à l’une des prochaines dates de la tournée française de Sacha Bernardson, qui commencera le 6 novembre prochain au Yogapop à Bordeaux, avant de traverser le pays, notamment le 15 novembre au Pop In à Paris, mais aussi à Toulouse et à Bayonne, bien entendu.